Press "Enter" to skip to content

Réforme de la formation des enseignants : le concours décalé d’un an

Depuis le début de l’année, la réforme de la formation des enseignants est sur toutes les lèvres des candidats au futur métier de professeurs des écoles. Le verdict est tombé le 16 mars 2019 lorsque le Ministre de l’Enseignement Supérieur a confirmé que le concours pour devenir enseignant sera désormais décalé d’un an.

Une réforme pour l’école de la confiance

La réussite du concours est indispensable pour avoir accès à la profession d’enseignants des écoles. Depuis 2013, les aspirants professeurs pouvaient passer le concours dès la fin de la première année du master Métiers de l’enseignement, de l’éducation et de la formation (MEEF). La durée de cette formation spécifique est de 2 ans avec une deuxième année en alternance obligatoire. Les candidats qui n’ont pas choisi la voie classique pourront se présenter au concours avec un M2 de n’importe quelle autre filière. En remplacement de l’année d’alternance, ils peuvent devenir enseignants à mi-temps pendant 1 an avant d’être titularisés.

La récente réforme va apporter du changement puisque le concours de recrutement aura désormais lieu à la fin de la seconde année. Sur le fond et la forme, aucun changement n’a été indiqué. Les épreuves d’admission et d’admissibilité auront lieu au même moment. Ce changement sera applicable à la rentrée universitaire de 2022.

La réforme concernera également l’organisation de la formation puisque ceux qui s’inscriront en Master MEEF devront passer une licence pré-professionnalisante rémunérée qui ressemble à une classe préparatoire qui va s’assurer que les profils ne soient exclusivement littéraires ou scientifiques.

Un choix pertinent et logique

Pour les observateurs, la décision de cette réforme a été bien accueillie dans l’ensemble. Il semble en effet que le déplacement du concours de la fin de la première année à la fin de la deuxième année soit une décision judicieuse pour de nombreuses raisons.

Il semble plus évident et logique que le concours qui sanctionne toute la formation se déroule après la deuxième année qui est une année d’alternance pour les candidats. D’autre part, ce décalage implique un allègement du programme des étudiants de Master 1 dont la charge de travail est immense. Enfin, ce décalage permet de conserver intact la 2ème année d’alternance entre la formation universitaire et la pratique en établissement scolaire qui est essentielle pour former des professeurs immédiatement opérationnels. Le MEEF et l’alternance semblent être la voix d’honneur pour les futurs enseignants.

Be First to Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *