Appuyez sur \ "Entrée " pour passer au contenu

Éducation nationale : 1800 suppressions de postes envisagées

Le ministère de l’Éducation nationale fait partie des 3 principaux secteurs de la fonction publique touchés par les drastiques réductions d’effectifs. Sur un total de 15 000 postes à supprimer entre 2019 et 2020, près de 1800 postes le seront dès fin 2019 dans le Ministère de Jean-Michel Blanquer.

La réduction des effectifs dans l’enseignement du second degré

La nouvelle a été annoncée dimanche 16 septembre 2018 dans une interview du ministre par « Le Figaro ». Des mesures seront donc prises prochainement suivant l’objectif de 120 000 postes de la fonction publique supprimés, fixé par le Président de la République lors de sa campagne présidentielle.

La suppression de 1800 postes ne concernera que les professeurs des collèges et des lycées, dont 400 postes administratifs. Le ministère espère que les heures supplémentaires exonérées de cotisations sociales puissent motiver les professeurs. Selon le Premier ministre d’Emmanuel Macron, cette mesure devrait suffire à garantir l’augmentation du pouvoir d’achat des professeurs.

La qualité de la formation sera-t-elle maintenue ?

Le malaise est pourtant palpable notamment auprès des syndicats d’enseignants du second degré qui craignent surtout une désillusion du côté des parents. Le ministère promet en effet, un maintien du volume d’enseignement en ayant recourt aux heures supplémentaires.

Les observateurs déplorent un manque de considération à l’égard des parents et des élèves du second cycle. Selon eux, cette politique qui touche de plein fouet la profession pourrait bien avoir des conséquences sur la qualité de l’offre de formation.

La réduction d’effectif de la fonction publique est inévitable. Les parents doivent donc savoir qu’à partir de 2019, la surcharge des classes sera donc inévitable puisque la mutualisation des profs risque bien d’empêcher certains établissements d’ouvrir des classes parallèles.

Dans sa déclaration, le ministre a évoqué le maintien du volume d’enseignements, mais pas le maintien de la qualité de formation et du suivi des élèves. Il s’agit donc d’un paramètre inconnu que l’on devra observer le moment venu.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *